MarkVargo_BlueScreen
Analyses techniques

Comment fonctionnait le Blue screen dans les années 80 ?

Il y a quelques décennies, l’intégration d’un acteur dans un plan était un travail de longue haleine et prenait du temps. Qu’il fasse plusieurs mètres de haut ou encore qu’il combatte un géant de bronze, la technique a évolué en quelques années pour faciliter la production et la productivité grâce à l’ère numérique.

Dans les années 80, c’était l’ère des tireuses optiques. Aux commandes de ces machines, le superviseur optique (Optical Supervisor) contrôlait les différents processus de création et de séparation des couches optiques pour l’incrustation et la composition d’un plan final.

Mark Vargo fut Optical Supervisor chez Boss Film Corporation après 5 ans passés chez ILM (L’Empire Contre-Attaque, Les Aventuriers de l’Arche Perdue, SOS Fantômes, Star Trek II – La Colère de Khan, Poltergeist…).
N’étant pas satisfait des vidéos explicatives disponibles partout sur le web sur le sujet, Mark Vargo a décidé de nous donner un cours d’écran bleu. Du choix de la couleur à son utilisation concrète jusqu’aux différents processus de séparation de couches, Mark Vargo nous détaille la création d’un plan comme il le faisait dans les années 80.

Comme cette vidéo est réalisée par un professionnel reconnu, elle est donc indispensable.
Thank you Mark !


Blue Screen 1980 from Mark Vargo on Vimeo.

 

Et pour bien comprendre pourquoi le Retour du Jedi restera le dernier film de cette grande époque des effets spéciaux optiques, voici une vidéo sur le plan SB-19. Le plan le plus complexe de la trilogie Star Wars et, sans doute, de l’histoire des tireuses optiques.

Auteur :

Né à la fin des années 60, enfant dans les années 70, ado dans les années 80, adulte dans les années 90, père dans les années 2000, j'écris la suite en ce moment même et ce n'est pas toujours facile, croyez-moi. Et vous savez de quoi je parle !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *