RayHarryhausen
Broadcast

Splitscreen #14 // Ray Harryhausen

Salut à toutes et à tous,

On peut dire que cette émission fut la plus longue post production de toute l’histoire de Splitscreen. On vous dit pourquoi dans l’introduction de ce dossier et où nous étions pendant ce temps-là.

Alors !? Eh bien ! Splitscreen 14 revient sur la carrière de Ray Harryhausen, qui nous a quitté le 7 mai dernier. Raymond Harryhausen fut un des plus grands et, surtout, le dernier artisan/magicien du cinéma. Artiste, concepteur, producteur, directeur photo, animateur, superviseur… il a quasiment tout fait. Et avec une passion fantastique. La liste des réalisateurs et des artistes qu’il a influencée est particulièrement longue et unique. « Jason et les Argonautes », « Le Choc des Titans » et sa trilogie Sinbad ont inévitablement marqués les esprits de chacun de nous. Des séquences complètes de ses films sont tatouées dans la mémoire collective, parce qu’elles sont uniques et d’une très grande créativité.

Splitscreen vous invite à un voyage dans l’univers fantastique et fantasmagorique du dernier dinosaure du cinéma.

Nous vous souhaitons une très bonne écoute.
L’équipe de Splitscreen


Sources :
Le site officiel et de « The Ray and Diana Harryhausen Foundation » : www.rayharryhausen.com
Page IMDB de Ray Harryhausen : www.imdb.com
Chaîne Youtube (généré automatiquement) : Ray Harryhausen
[Autres sources à venir]

 


Bande annonce du reportage « Ray Harryhausen: Le Titan des Effets Spéciaux » de Gilles Penso, Alexandre Poncet, Tony Dalton

 

Auteur :

Né à la fin des années 60, enfant dans les années 70, ado dans les années 80, adulte dans les années 90, père dans les années 2000, j'écris la suite en ce moment même et ce n'est pas toujours facile, croyez-moi. Et vous savez de quoi je parle !

Commentaires

  1. DOC BROWN

    Woohoo!! bon je vais écoutez ça!

  2. Gnome

    Je devais avoir 6 ans, j’ai été assez effrayé par les scènes que j’avais vu du choc des titans que j’avais vu par bouts à la télé. Je n’ai toujours pas revu le film depuis, mais pour autant les scènes de la gorgone et du kraken sont gravées dans ma mémoire; ça fait tout de même quinze ans!
    depuis j’ai découvert le documentaire de Gilles Penso et Alexandre Poncet, et je milite autour de moi pour qu’un maximum de personnes le voient; c’est un cri d’amour à l’imaginaire et au petit supplément d’âme qu’il est si difficile de lui donner pour lui faire prendre vie.
    Ne vous en faites pas, même s’il y a des recoupements avec votre émission, on ne parle jamais assez du monsieur, et donc rien ne sera jamais redondant.

  3. Gilles

    Merci pour vos commentaires ! Sympa de partager ta vision d’Harryhausen Gnome.

  4. Hervé

    Gnome, ton commentaire fait vraiment plaisir à lire, puisque j’avais les même souvenirs que toi. J’ai redécouvert ses films avec le plaisir d’un enfant. Ils ont encore le charme de l’époque, peut être d’antan mais d’une poésie et d’un lyrisme qui a disparu dans le cinéma d’aujourd’hui.

  5. Paniss

    Dans le genre petite anecdote marrante sur Harryhausen.
    C’était au festival d’Annecy en 2004, lors de la dédicace par Harryhausen de son livre An animated life. J’avais avec moi King Kong story, un bouquin magnifique de René Chateau sortie en 1976. Harryhausen le parcourt et tombe sur une double page avec un dessin préparatoire de O’Brien : Kong et sa fiancée sur le tronc d’arbre dans la jungle. Et Harryhausen qui sourit en me racontant qu’il a le dessin original sur la porte de ses toilettes.
    Il m’a très simplement dédicacer le livre de René Chateau.
    Par contre nous étions 15 ou 20 pour cette dédicace. Au festival du cinéma d’ANIMATION. Çà c’est vraiment honteux.

  6. DOC BROWN

    cool de pouvoir vous entendre, apres plusieurs mois d’absence (putain! j’ai un paquet de site dans mes favoris mais le votre je pense que je dois y passer tous les jours voir si ya du nouveau, en fait je vous écoute en bagnole quand je fait un peu de route) bon que dire… une émission sur Ray Harryhausen ça peut etre que bien, je connaissais deja bien le gars et j’avais vu des documentaires. j’ai découvert le film Le 7eme Voyage de Sinbad dans l’émission La derniere séance présenté par Eddy Mitchell, enfin disons mon père l’avait enregistré sur K7 à l’époque, je devais avoir 5 ans, ça doit etre un des films que j’ai le plus vu! j’ai le coffret DVD Ray Harryhausen avec 3 films Les soucoupes volantes attaquent + Le monstre vient de la mer + À des millions de kilomètres de la Terre. en couleur et N&B qui est excellent! c’est dur de dire quelle « monstre » je prefere dans son univers si riche mais je crois que le cyclope du 7eme voyage ma le plus marqué!

  7. DOC BROWN

    @ PANISS! excellent l’anecdote!

  8. raf2

    ça fait plaiz de retrouver vos podcasts , ça c’est sur. Je pensais que vous etiez tous décédés dans une attaque terroriste du metro parisien ou autre… Vous etes tous les 3 antillais ou quoi? 🙂

  9. Saebasan

    Salut tout le monde.
    Ca fait un bon moment que j’écoute votre super podcast. Toujours très intéressant, mais pour celui-ci, un petit plus.
    Comme vous, c’est l’émission la dernière séance qui m’a fait découvrir les films où excelle la maitrise de Ray Harryhausen. Merci d’avoir poucenlairé l’émission. Mais j’ai eu l’immense joie de rencontrer le maître lors du Festival d’Animation d’Annecy. Ca doit faire une bonne dizaine d’années. C’est un grand monsieur, par taille d’abord, par son incroyable humilité. Il avait fait une conférence à laquelle je n’avais pas pu assisté (MEGA-REGRET !!!!!), et il était venu présenté le « King Kong » de 1933 au public lors d’une projection spéciale. Après le film, j’avais attendu la fin de la séance de dédicace de son livre « An animated life » pour aller le voir. J’étais tout penaud et impressionné. Avec ses marionnettes, il a été un peu le Gepetto de ma cinéphilie.

  10. Ronan

    Salut l’équipe,
    Encore une fois un podcast d’une très grande qualité, merci à vous.
    Les films de Harryhausen sont pour moi une des madeleines de Proust cinématographiques les plus fortes. En y repensant pendant l’écoute du podcast, je e rends compte que le mouvement des personnages, leur animation est ce qui a le plus imprimé mes souvenirs finalement plus que le contenu des films en eux-mêmes.
    Et merci car je vais entamer le cycle Harryhausen avec mes enfants et grâce à vous, je pourrai raconter « l’histoire derrière l’histoire ».
    Bonne continuation.

  11. Jerome

    Merci pour ce nouvel épisode. Sujet passionnant. Je me suis retrouvé dans chacune de vos expériences « Ray Harryhausen ». Qui dit même génération dit même madeleine de Proust en pensant à ces 2eme parties de soirées du Mardi soir dans la Dernière Séance sur FR3. Stop motion, Science-Fiction, RKO, Jules Verne… Le terreau de ma pulp culture.

    Un résumé très complet de la vie de Ray qui m’a épargné des heures de lecture. On devrait vous payer …

  12. Mentine

    R. Harryhausen : »If you make fantasy too real, it looses the quality of a nightmare or a dream ». Putain c’est exactement ça! Son travail a tant marqué parce qu’il est imparfait et suffisament irréel pour se graver dans nos pires cauchemards ou nos plus beaux rêves.
    Merci pour cette émission, comme dit Jérôme on devrait vous payer.

    Be seeing you,
    Mentine

    comment? une réaction? mais sur quoi? … une réflexion matchiste dans votre podcast? Elle était tellement sans intérêt pourquoi revenir dessus… quoi qu’il en soit, sans maman Harryhausen, point de légende « Ray ».

  13. Alexgodlex

    Merci pour cette découverte !

  14. Sharkeus

    Salut à tous, j’ai enfin trouvé comment faire un commentaire simplement via mon phone (ne jamais désespérer !). Avec du retard, je dois vous dire que j’ai surkiffé votre émission sur le grand Ray Harryhausen. D’ailleurs, c’est bien simple, ma bonne dame, je kiffe toutes vos émissions… Tant de passion et tant de recherche fouillée ne peuvent qu’aboutir à une émission unique, j’ai nommé Splitscreen.
    Quand à Ray Harryhausen, la magie de ses films a fait voyager plus d’un cinéphile. Je me souviens avoir vu « Le choc des Titans » à sa sortie en 1981 avec un copain. J’avais une quinzaine d’années et j’avais déjà vu Star Wars qui, comme vous l’avez dit, redéfinissait complètement la façon de faire des effets spéciaux. J’y étais allé pour Judy Bowker (hé hé) et la baston mais finalement, j’ai été complètement séduit par cette manière de faire des trucages façon boîte magique, même si les techniques étaient, déjà à l’époque, totalement dépassées.
    Quand les effets spéciaux numériques sont vraiment apparus pour le grand public (Starship Troopers et autres), je me suis dit qu’on allait enfin pouvoir faire des films formidables sur la mythologie. Sauf que le recul que nous avons aujourd’hui sur les SFX nous montre qu’il ne suffit pas de faire de beaux trucages pour faire rêver le public, il faut un souffle, une flamme… qui n’habitent que trop peu les productions actuelles.
    Un bon gros livre en français sur Ray Harryhausen ne serait effectivement pas de trop.
    Continuez à nous (vous) passionner.

    • Hervé

      « …un souffle, une flamme… » c’est exactement ça. Tu as trouvé les mots justes.

  15. dreamaw

    Salut les gars, déjà premièrement super boulot que vous faites, vos podcasts sont vraiment bien dosés pour bien allier déconnade et sérieux et croyez moi sur le net c’est pas évident de trouver ça, vous êtes les rares que je prends la peine d’écouter (si vous avez des tuyaux pour d’autres podcasts de qualité comme les vôtres je suis preneur) et deuxièmement bravo pour les recherches et l’implication de vos podcasts, je viens du milieu de l’animation et ce bon vieux Ray Harryhausen c’est un maitre, une inspiration et une référence dans notre milieu, son boulot est fantastique, un avant-gardiste qui avait déjà compris toutes les règles du stop-mo quasiment tout seul.
    Un bel hommage que vous faites et surtout continuez, je vous écoute quand je bosses et ça me motives bien !

  16. Yetcha

    J’ai eu la chance de rencontrer dans des conférences à deux reprises Monsieur Ray Harryhausen, un homme simple, clair et souriant. En fait, pour faire une comparaison totalement décalée, je trouve que Ray Harryhausen a eu une influence sur quasiment l’ensemble des personnes du cinéma d’hier, d’aujourd’hui ET de demain, au même titre que Michael Jackson dans le milieu de la danse. On retrouve des discours identiques chez les deux groupes de personnes considérés. Ils parlent de Harryhausen (ou de Jackson) comme d’un guide, d’une inspiration, de la naissance d’une vocation, d’une fascination. Ray Harryhausen, assurément un très très grand du cinéma et j’ai furieusement envie de me re-re-re-refaire sa filmo après votre podcast. Merci

  17. Yetcha

    Ah oui, dans le livre « Les effets spéciaux : un siècle d’histoire » de Pascal Pinteau, de nombreuses références et photos sont issus de l’oeuvre de Ray Harryhausen mais il n’est pas le seul artiste traité bien sûr. Mais ce livre est passionnant au demeurant!

Répondre à Gnome Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *