AmericanWerewolf
Broadcast

Splitscreen #23 // Le Loup-garou de Londres

Le Loup-garou de Londres (An American Werewolf in London) est un projet qui a germé dans l’esprit de John Landis alors qu’il n’avait que 18 ans. Il dût attendre 10 ans pour porter enfin à l’écran sa nouvelle vision du monstre classique de chez Universal. Grâce aux succès de ses précédents films, Les Blues Brothers ou Animal House, le réalisateur a pu enfin filmer sa créature avec l’aide capitale du maquilleur Rick Baker.

La production du film se déroula sans trop de soucis, mais demanda beaucoup d’investissements et d’engagements de la part des équipes. Les conditions climatiques pendant les tournages extérieurs et les imposants maquillages ont mis à rude épreuve les nerfs des deux acteurs principaux, David Naughton et Griffin Dunne. Malgré tout, John Landis a l’habitude d’installer une atmosphère de détente sur ses tournages et le film fut livré en respectant toutes les obligations de production.

Dans cette émission, nous vous racontons les coulisses de ce film unique et drôle. Nous vous souhaitons une bonne écoute et n’hésitez pas à nous laisser vos commentaires.

L’équipe de Splitscreen

 

 

Quelques documents pour compléter notre dossier :


BANDES ANNONCES



DOCUMENTS ECRITS & ARTICLES

Cinefex – An American Werewolf in London
GamesRadar – The Story Behind An American Werewolf In London
GeekTyrant – 15 Fun Facts about An American Werewolf In London
Deep Fried Movies – Behind the Scenes: An American Werewolf in London (1981)
Den of Geek – A look back at An American Werewolf In London


DOCUMENTAIRES



BANDE ORIGINAL


PHOTOS

15-fun-facts-about-an-american-werewolf-in-london  americanwerewolf3 american-werewolf-london-4 an-american-werewolf-in-london-rick-baker-twitter American_Werewolf rick-baker-awol


BONUS « See You Next Wednesday »

Auteur :

Né à la fin des années 60, enfant dans les années 70, ado dans les années 80, adulte dans les années 90, père dans les années 2000, j'écris la suite en ce moment même et ce n'est pas toujours facile, croyez-moi. Et vous savez de quoi je parle !

Commentaires

  1. LeBloop

    Oh un nouveau splitscreen !!!
    Le loup-garou de Londres en plus, j’adore ce film merci les gars

  2. Rousselet

    Bonjour.
    Content de votre retour.
    Quitte à faire un épisode sur un film de loup-garou pourquoi ne pas l’avoir fait sur Hurlements qui est un chef-d’oeuvre et qui est considéré par beaucoup comme le film de référence dans le genre (ne serais-ce que par la scène de transformation qui est beaucoup plus impressionnante que dans Le Loup-Garou de Londres).En plus on a droit à un vrai loup-garou de trois mètres de haut et pas un pauvre loup gonflé aux stéroïdes.
    Même si Le Loup-Garou de Londres reste le deuxième meilleur film de loup-garou jamais réalisé.
    Bonne continuation et à dans un an :-)!

    • Hervé

      « The Howling » est aussi une référence à n’en pas douter. Mais « Le Loup-garou de Londres » est venu naturellement dans notre discussion sur le choix du film à traiter. Et finalement, en écoutant cet épisode, nous le traitons un petit peu.
      Le traitement morphologique n’a pas été un critère de choix 😉 mais, l’ensemble de la production et ses défis techniques.
      Merci pour ton commentaire.

  3. Olivier

    En-fin ! Merci à vous pour ce nouveau podcast !
    Le loup garou de Londres est effectivement un meilleur film que Hurlements ( hors effets spéciaux ),
    votre choix est donc tout à fait juste pour ma part 🙂

    A bientôt ( j’espère ! )

  4. Alexgodlex

    Cool !

    Sinon c’est quoi ce podcast vidéo dont vous parlez au début ?

    • Hervé

      Le podcast vidéo se nomme Cheap Trhills. Pour le trouver simplement, tu peux cliquer sur la bannière en bas des pages de notre site. Tu y arriveras directement.

  5. Pierre Lahorgue-Poulot

    Bravo pour ce nouveau podcast (enfin !). Toujours très documenté et dans la bonne humeur. Je me souviens très bien des films de cette époque. Je ne savais pas combien Hurlements devait à Landis (via Rick Baker). Pour la steadicam, j’aurais plutôt cité le Halloween de Carpenter (deux ans avant Shining). Dans la lignée de la déferlante de films de loups-garous, il y eut WOLFEN, un faux film de lycanthrope (mais tout le monde croyait qu’il s’agissait de loups-garous en regardant la première demi-heure, à cause des autres films). Encore merci pour ce superbe podcast. Courage pour le suivant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *